Démarche artistique

Mon travail en peinture se concentre simultanément sur la matérialité réelle et suggérée des médiums. Dans ma pratique artistique, je souhaite à la fois questionner les spécificités de la peinture et exploiter le médium pour adresser des problématiques identitaires.

Par le portrait, je traite de la relation qu’entretient l’humain avec son propre corps ainsi que des facteurs influençant les perceptions des corps à travers l’histoire. Plus spécifiquement, mon travail est une réponse à l’invisibilisation et la dévalorisation des femmes noires dans l’histoire, incluant l’histoire de l’art. D’origine sénégalaise et québécoise, je puise dans ces deux cultures afin de créer un espace identitaire qui m’est propre tout en ayant une résonance collective. Les contes et légendes, la culture populaire et les arts visuels sont pour moi des véhicules puissants pour changer les paradigmes. Dans mes œuvres, je représente des personnages qui, bien qu’ils soient fictifs, partagent des trajectoires témoignant de problématiques bien réelles.

 

Je compose des poèmes et des contes puisant dans l'histoire orale de ma collectivité et je collectionne des ouvrages exposant une pluralité d’expériences. À partir de ces textes, je peins des micro-univers qui sont partagés comme des espaces d’intimité avec les spectateur·trice·s. À travers ces nouveaux récits, ma pratique contribue à redéfinir certains concepts afin de permettre à tous et à toutes de se sentir représenté·e·s.

Dans un autre ordre d’idée, d'un point de vue formel de la peinture, je varie les modes d’application. Je vise l’exploration d’une coexistence entre minutieux et brut, fini et non fini. Tandis que certaines zones sont travaillées minutieusement par succession de couches, d’autres sont réalisées en quelques coups de pinceau. Par exemple, dans mon œuvre Bride, les modelés de la peau du personnage, travaillés en nuances, se juxtaposent à des zones d’aplats de couleurs et de motifs monochrome. Aussi, dans plusieurs de mes tableaux, dont Menthe poivrée, la toile n’est pas entièrement peinte et certaines zones d’ombres sont créées par l’arrière-plan noir laissé visible. Par le fait même, on peut apprécier des traces processuelles, telles que la couleur de fond et les lignes de dessins préparatoires.